Chauffage : quel est le combustible le moins cher ?

En hiver, le chauffage fait partie des appareils indispensables pour la maison. Son choix doit reposer sur de nombreux critères, dont le type de combustible avec lequel il fonctionne. Celui-ci doit permettre de réduire les factures d’énergie. Ci-après quelques informations sur le combustible le plus économique du marché : le bois.

Le bois moins onéreux que le fioul

Actuellement, le bois se trouve en tête de liste des combustibles les plus courants dans les ménages français. La raison en est que : c’est un combustible économique et rentable. Si pour se réchauffer au fioul, il faut dépenser jusqu’à 9 centimes par kWh d’énergie, pour le pellet, il en faut 6 centimes. Ce tarif peut même descendre jusqu’à 3 centimes par kWh avec du bois brut. De plus, les variations des cours en bourse n’influent pas sur le prix de ce combustible, contrairement à ceux des fiouls dont le coût dépend de celui du pétrole. Il n’y a pas que par rapport aux fiouls que le bois est économique, il s’agit d’un combustible moins cher que l’électricité.

Le bois plus économique que l’électricité

En général, les consommateurs sont séduits par les chauffages électriques à cause de leur coût d’installation abordable. Cependant, ces appareils sont énergivores et peuvent faire augmenter les factures de manière considérable. Leur consommation annuelle peut atteindre jusqu’à 16 000 kWh à raison de 0,105 € l’unité. Certes, ils peuvent convenir pour un logement de petite taille avec une bonne isolation, mais ils sont moins économiques que le bois. Dans les cas d’urgence, ils peuvent également servir de chauffage d’appoint, mais jamais de chauffage principal. Ainsi, pour réduire les dépenses énergétiques, il faut opter pour le combustible moins cher, qui est le bois. Il est aussi performant que les autres notamment avec un bon poêle.

Le rendement élevé des appareils modernes

Les chauffages dernière génération qui fonctionnent avec du bois ont un pouvoir calorifique aussi élevé que ceux qui fonctionnent grâce à l’électricité ou aux fiouls. Effectivement, le rendement augmente de 10 à 20 % par rapport aux anciens modèles pour un foyer fermé qui dispose d’un récupérateur d’énergie. Il peut atteindre jusqu’à 105 % pour les chauffages à granulés. Cela ne peut aller qu’en s’améliorant si le bois est de bonne qualité et certifié c’est-à-dire s’il est bien sec, fendu et écorcé. À titre d’information, le bois brûle facilement et dégage une chaleur durable lorsque le taux d’humidité est inférieur à 20 %.

Climatisation : allier le confort et l’économie d’énergie c’est possible !
Chauffage : les labels et certifications utiles pour se repérer